La livraison de repas passe au 0 déchet

Le monde de la livraison de repas devra passer au 0 déchet

Ce mercredi 1er juillet, la Secrétaire d’État auprès de la Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, Brune Poirson a convié les acteurs de la livraison de repas à domicile à une rencontre à son ministère au cours de laquelle, elle leur a demandé de proposer une stratégie zéro déchet d’ici octobre de cette année.

Un plan d’action « Zéro déchet » d’ici octobre 2020

Octobre 2020, c’est ce délai qui a été accordé aux acteurs de livraison de repas à domicile pour proposer un plan « Zéro déchet ». L’annonce a été faite ce 1er juillet par Brune Poirson. La secrétaire d’État à la Transition Ecologique et Solidaire lors d’une rencontre qui a vu la participation de l’association Zero Waste, l’ONG Surfrider, qui défend la protection des océans, des plateformes de livraisons de repas à domicile (Uber eats, Deliveroo, Sushishop et Frichti) et des entreprises de recyclage et du réemploi. La plupart des couverts et les supports utilisés pour les livraisons ne sont pas recyclables. La loi anti-gaspillage veut passer à 100% de plastique recyclé d’ici le début de l’année 2025. Elle prévoit donc d’interdire les boîtes en polystyrène expansé à partir du 1er janvier 2021. C’est dans cette optique que la secrétaire d’État a demandé à chaque acteur du secteur de proposer un plan pratique de leurs actions pour parvenir au zéro déchet. Ces propositions doivent mentionner les critères de réduction, de réutilisation et de recyclage de leurs emballages en plastique. La livraison de repas étant un secteur économique en pleine croissance, il faut dès maintenant imposer les bases de la lutte contre la pollution plastique. La solution la plus probable, évoquée au cours de cette rencontre par le Ministère en charge a été de proposer des contenants récupérables. Ils seront consignés par les plateformes de livraison de repas à domicile. Les pizzas, les sushis, etc, seront livrées dans des boîtes en métal lavable et seront retournées chez le restaurateur pour assurer d’autres livraisons.

Avec plus de 13 milliards de déchets d’emballages par an, chaque partie doit jouer un rôle

Selon les estimations faites par l’entreprise spécialisée dans le recyclage des emballages ménagers Citéo, le secteur a produit à lui seul 13 milliards de déchets plastiques en 2013, ces chiffres augmentent chaque année. Pour l’année 2018, 200 millions de repas ont été livrés par ces plateformes.
Après l’annonce faite par la secrétaire d’Etat relativement au plan de « Zéro déchet », la cofondatrice de la plateforme de livraison de repas FoodChéri, Julia Vernin, s’est prononcée sur franceinfo. Dans ses propos, elle soutient la secrétaire d’État en affirmant que cela était possible. Mais pour y arriver, il faut que chacun s’y mette. Elle a par contre rajouté que les restaurateurs, les plateformes de livraisons et les sociétés de recyclages ne pouvaient gagner seuls cette bataille. Pour elle, cela engage plusieurs autres entités, telles que les acteurs qui font les contenants et surtout les consommateurs. Le traitement et le recyclage engendreront des coûts supplémentaires qui seront à la charge du consommateur qui verront les prix des livraisons augmentées un tout petit peu.
Présentes à cette rencontre, des start-up engagées dans le recyclage ont présenté leur système de gestion des emballages, il s’agit de consigner les contenants à destination des entreprises et restaurants. Tous les participants à cette rencontre ont d’ailleurs approuvé ce système, cela laisse à penser que tous vont épouser cette idée et s’y mettront pour atteindre les objectifs fixés.

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *